L AMOUR...MA FLAMME JUMELLE ...TOI

shenoaetd-1.gif

 


QUELLE AMERTUME ONT NOS CHAGRINS ?

QUEL EST LE GOUT DE LA DESESPERANCE ?

Certes la vôtre n'est pas la leur !

Dans nos douleurs rien ne devrait se comparer à celle de l'autre.Il est vrai que nous avons tous l'empreinte mnémonique du goût salé des larmes descendues quelques fois sur nos lèvres.Comme il est plus vrai encore que de ces larmes celles qui le plus souvent ruissellent à l'intérieur, du coeur plus que des yeux, ont l'acidité des regrets.

 Mais, laissez-moi vous assurer, vous promettre, qu'il n'y a pas de limite d'âge à nos envies secrètes ! Oui, aujourd'hui, je le sais, il ne peut y avoir de date limite de consommation des sentiments ! Et,même un coeur aigri, aux frontières de l'inexistence, peut s'éveiller à l'inattendu.

 << C'EST QUAND ON NE S'Y ATTEND PAS (OU PLUS) QUE LESCHOSES ARRIVENT ! >>

Comme vous, je l'avais tellement entendu ce cliché philosophique à la petite semaine, qu'il se perdait dans le brouhaha des banalités quotidiennes. Comme vous, je n'en souriais pas plus que je n'y prenais garde ! Pour preuve, j'en faisais à ce point abstraction que je ne cherchais plus mon bonheur d'un côté comme de l'autre ; préférant (peut être pour y palier inconsciemment) m'investir sur le bonheur de mes enfants autant que sur le vôtre ! En somme, je répondais à vos questions sans savoir qu'ainsi j'évitais de m'en poser sur moi même !

Alors, la réponse que je n'attendais plus, aux questions que je ne me posais pas, a pris la forme (et les formes) d'un ange ! Je ne m'égare pas ! Je ne mêle ni mysticisme, ni liberté, à la naissance d'un sentiment amoureux. Pourtant, je jure, ici, que je l'aimais déjà avant même de le savoir vraiment ! " dakota " puisque c'est le prénom de cet ange avenu, m'est comme apparue un printemps à l'automne de ma vie ! C'est déjà par cette formule vous expliquer l'inexplicable !

De l'amour je n'avais connu que celui qu'en tant que mère j'offrais à mes enfants sans tenir compte qu'ils me le rendent où non. Inutile en ces lignes, d'accabler leur géniteur puisque je sais aujourd'hui qu'il ne mérite même pas l'énergie d'y penser. Vous comprenez ainsi que celui-là, autant que celui qui se devait l'exemple premier, le père, ne m'ont appris au fil des années que la haine. Et, je l'avoue, quelques fois, ils réussissent à initier mon faible intérieur, la haine de moi aussi, à force on finit par ne pas croire << aimable >>  autant que lui n'est, où ne sont <<pardonnable(s)>> !

Heureusement, je n'ai jamais développé cette forme d'énergie négative qu'est la détestation, sans tomber dans l'indifférence je préfère le non-amour ; ce n'est pas une question d'efficacité mais surtout cela évite l'épuisement spirituel. C'est comme un réflexe naturel, l'instinct de survie, peut être ?

 Hors donc, voici qu'un petit bout de femme rencontre un autre petit bout de femme ! Sans le savoir encore mais en le présentant déjà, Nous étions chacune la partie de l'autre et l'autre-partie de chacune ! Et malgré nos vécus réciproques, malgré les obstacles naturels que peuvent représenter les regards (même pas l'acceptation) de nos proches et le risque, et la douleur, de leur amour à perdre... comme jamais je ne l'ai dit, je me suis entendue articuler : " je t'aime  ". Et, comme jamais je n'aurais rêvé l'entendre, avant qu'elle ne le prononce, j'ai lu dans ses yeux magnifiques tous les << Je t'aime ! >> que la vie m'avait jusqu'alors refusé d'entendre !

Comme pour rattraper le temps perdu et s'excuser des désirs oubliés, la vie m'offre Dakota et Dakota m'offre à la vie !

Si je n'avais tant pleuré je le ferai encore ; mais de joie ! Oui, simplement, uniquement, de joie !

Tel un enfant devant la féérie de Noël, j'ai bêtement bon de ce bonheur  du jour, égoïstement bon du parfum quotidien de passion qui émane de sa personne.

J'ai quelques fois mal de ne pas trouver les mots pour lui répéter sans cesse avec d'autres nuances, d'autres couleurs ; mais avec le même étonnement, la même extase, combien je l'aime, combien elle m'offre sans le savoir vraiment !

 Je n'ai plus d'inquiétude, aucune peur, je sais, je sens d'un de ses gestes et d'un de ses regards que tout ce que mes sentiments crient en silence les siens me renvoient leurs échos parfaits ! Et si je devais mourir demain je n'aurai rien à perdre puisqu'elle me garderait encore comme j'ai la conviction que nous serions des âmes soeurs au-delà de toutes apparences terrestres.

Voyez-vous, j'étale un peu de moi et puis surtout de nous sans trop vous parlez d'elle, pour respecter sa pudeur. Je veux, qui sait, encore jouir un peu de nos souvenirs, en repensant à nos secrets d'amour quand mes idées m'obligent à les trier en ces lignes.

Comprenez aussi qu'au delà de ces légères indiscrétions, comprenez qu'au delà l'exemple, que je Vous souhaite de vivre, et je sais que Vous le vivrez ce soir, demain, dans quelques temps ; au-delà donc de l'exemple c'est surtout le mot << je t'aime  >> que j'ai écrit mille fois en d'autres mots cachés.

Mais qu'importent ces remerciements comparés à ce que nous promets cet amour là pour la vie à venir ? Je n'ai pas envie de me projeter vingt où trente ans d'aimer ! Elle me rend trop heureuse au jour le jour pour sauter ainsi les années qui nous viennent ! Et je n'aurai de cesse dégrainer des heures à vivre avec Elle, à vivre avec Nous, de mes remerciements et les minutes à venir des battements de mon coeur amoureux !

Cette magie des attirances que tant de poètes ont décorées de rimes, parce que je l'ai enfin connue, je sais qu'elle n'est pas que vision de l'esprit ou fantasmagorie !

Et c'est pour ces raisons, et d'autres encore non énoncées, que j'affirme, confirme et signe, à celles et à ceux qui ne veulent plus en rêver pour ne plus en souffrir : << CET AMOUR LA ARRIVE ! >>

 Mais, je vous en prie, et soyez en ainsi les acteurs d'une nouvelle ligue d'impro', ne l'attendez pas bêtement, ne l'espérez plus en restant avachi(e) devant votre téléviseur... puisqu'il est en chemin et qu'il va croiser le vôtre ! Sans forcer le destin laissez encore la porte ouverte à l'imprévu... C'est ainsi qu'il m'est venu, cet amour dont j'ignorais toujours les délicates saveurs ; A un âge que l'on qualifie de mature pour ne vexer personne et surtout pas celle qui le porte !

Pour moi cet amour-là à le profil, le parfum, le goût et le prénom  !

Et si je n'ai pas le pouvoir divinatoire d'écrire le prénom de celui qui sera le Vôtre, en conclusion soyez convaincu, autant que je le suis, que ce prénom, synonyme de bel et grand amour, VOUS LE PRONONCEREZ BIENTOT

Merci à toi mon ami, monsieur Christian CAUHERGH (auteur compositeur professionnel reconnu) d'avoir écrit ce superbe texte pour nous !

CE TEXTE M'A ETE OFFERT PAR L'AUTEUR, A DES FINS PERSOS ET AMICALES, CET AUTEUR PROFESSIONNEL ET CONNU, A BIEN SUR PROTEGE SON ECRIT COMME IL SE DOIT AINSI QUE  MOI MEME, IL EST DONC STRICTEMENT INTERDIT DE LE COPIER, D'EN CHANGER LES EXPRESSIONS OU AUTRES,  POUR S'EN SERVIR A QUEL TITRE QUE CE SOIT, QUE CE SOIT LE METTRE SUR UN SITE OU POUR D'AUTRES INTENTIONS SOUS PEINE DE POURSUITE DE PLAGIA, POSSESSEUR DES PREUVES DES ORIGINAUX ET ME PORTANT COMME TEMOIN, PUISQU'IL A COMPOSE CET ECRIT SUR MA DEMANDE DONC ECRIT UNIQUE, AYEZ PAR LA MEME OCCASION LE RESPECT DE  L'AMITIE MAIS AUSSI DE SON TRAVAIL ... RENSEIGNEZ VOUS  SUR LES PEINES ENCOURUES POUR PLAGIA SUR LE NET, POUR LE COPYRIGHT CLIQUEZ DESSUS ... SI JE DEVAIS LE VOIR AILLEURS, JE N'HESITERAI PAS A L'EN AVISER AINSI QUE DE DEPOSER DES PLAINTES ... MERCI A VOUS. SHENOA.

                                                                                                                                                       zzzshenoa-1.gif

 copyright france

Date de dernière mise à jour : 29/01/2012

idden"; tiny[i].style.visibility="visible" } } function update_tiny(i) { if (--tinyv[i]==25) { tiny[i].style.width="1px"; tiny[i].style.height="1px"; } if (tinyv[i]) { tinyy[i]+=1+Math.random()*3; if (tinyy[i]